Blongios nain - Little Bittern

C'est le plus petit héron d'Europe. Les couleurs générales de l’espèce tirent sur le beige, le brun, le roux et le noirâtre. Son corps est en grande partie beige clair mais le dos est noir. Une ligne noirâtre part de la pointe du bec en passant par la calotte et se termine au niveau de la nuque. Quelques lignes longitudinales plus sombres sont visibles du cou jusqu’au ventre. La queue est sombre. Ses ailes sont noirâtres dessus avec une grande plage beige clair au niveau des couvertures. De dessous, les rémiges sont sombres et les couvertures plus claires.

Les pattes sont jaunâtres. Le bec varie du brun jaunâtre clair au jaune orangé, jusqu’à rougeâtre au plus fort de la parade nuptiale, à l’exception du haut de la mandibule supérieure qui est noir. L’iris est jaune vif.

La femelle est plus terne, plus sombre et moins contrastée dans l’ensemble, le noirâtre étant remplacé par du brun sombre. Les plages des ailes sont plus sombres et tranchent donc moins. Les lignes longitudinales du devant sont nettement visibles.
Le jeune est encore plus sombre et moins contrasté. Son plumage est nettement strié avec des lignes sur le devant, le faisant ressembler un peu à un Butor étoilé
Botaurus stellaris "en miniature", si ce n’est les zones plus claires sur les ailes.

Le chant du Blongios nain est une répétition d’un son sourd, comme un aboiement étouffé. D’autres cris plus ou moins secs et répétés sont émis en vol ou sur les sites de reproduction, notamment par les jeunes.

Le Blongios nain se reproduit en Europe, Asie, Afrique, Nouvelle-Zélande, Nouvelle-Guinée et Australie. En France, l’espèce est très inégalement répartie et est même absente de beaucoup de régions. 

Le Blongios fréquente les roselières des plans d'eau (étangs, gravières), même de taille modeste, les bords de fossés, les marais, les bordures de rivières, etc. On le trouve surtout dans les phragmitaies et les typhaies entrecoupées de saules en densité plus ou moins importante . 

Le Blongios nain n’est pas aisée à observer en raison de sa discrétion et de son milieu de vie. Après un hivernage au sud du Sahara, il revient en France à partir de la fin d’avril et surtout dans le courant du mois de mai. 
La reproduction, qui peut être très étalée dans le temps, dure de mai à août, parfois jusqu’en septembre. Puis les oiseaux quittent leurs lieux de nidification entre fin juillet et début septembre.