Le Loup - Wolf

Le loup a disparu des Pyrénées fin XIXe siècle. S’il a totalement disparu en France au XXe siècle il est toujours resté présent en Espagne où l’on compte aujourd’hui une population estimée à 1500-2000 individus. Les premières données validées ont identifié la présence du loup dans les Pyrénées-Orientales.

A la surprise générale et après plusieurs tests, les premières analyses génétiques réalisées ont montré que les loups présents dans les Pyrénées-Orientales étaient de lignée italienne.

Si l’on s’attendait plutôt à une présence de loup espagnol, il est bon de savoir que ce département se trouve pratiquement à égale distance des populations de loups ibériques (les meutes les plus proches de Canis lupus signatus se trouvent au Pays Basque, au sud de la Province d’Alava) que de celles de l’Arc Alpin (Canis lupus italicus).

Le loup gris (Canis lupus) appartient à l’ordre des Carnivores et à la famille des Canidés qui compte une quarantaine d’espèces dont les renards, chacals, coyotes, lycaons etc. Il habite tous les types de milieux naturels de l’hémisphère Nord, des montagnes européennes aux plaines boisées, en passant par tous les types de peuplement forestiers, les plateaux cultivés de Castille en Espagne, l’Arctique, la toundra, les steppes de Mongolie, les montagnes du Caucase, de l’Altaï ou du Pamir jusqu’à 5500 m d’altitude et les zones semi-désertiques d’Arabie saoudite ou d’Israël.

En France, les meutes comportent rarement plus de 8 individus contrairement aux effectifs plus importants des meutes d’Amérique du Nord ou de Russie. Les effectifs des meutes sont le plus souvent de 2 à 4 individus en fin d’hiver en raison notamment de la mortalité importante des jeunes qui intervient surtout au cours de leur première année. Les jeunes quittent le groupe entre 2 et 4 ans. Ces loups en dispersion représentent 10 à 40 % de l’effectif d’une population. Vulnérables et peu expérimentés, ces jeunes parcourent des espaces qu’ils ne connaissent pas et doivent chasser seuls. Le territoire d’une meute varie en fonction de l’abondance et de la répartition des proies. Dans les Alpes, sa superficie est de l’ordre de 200 km2.