Milan royal - Red kite

BBC Vidéos

Taille 60 à 66cm   Envergure 145 à 165cm
Poids Femelle 950 à 1300 g    Mâle 750 à 1050g 

Le milan royal arbore un plumage châtain-roux, avec la tête blanchâtre rayée.

Le corps est gracile, les ailes étroites, la queue profondément échancrée.

La femelle est un peu plus claire. Le dessus est brun-noir roussâtre prolongé par deux longues ailes étroites dont les extrémités digitées sont noires.

Le milan royal affectionne les forêts ouvertes, les zones boisées éparses ou les bouquets d'arbres avec des zones herbeuses proches, des terres cultivées, des champs de bruyères ou des zones humides. Les massifs d'étendue restreinte et les lisières forestières en paysage de campagne lui conviennent, en régions montagneuses surtout mais également en plaines, pour peu que ces boisements comprennent des grands arbres favorables à la nidification.
Les milans royaux du sud sont sédentaires tandis que ceux du nord sont migrateurs en direction des régions méditerranéennes et parfois même de l'Afrique.

Le milan royal ne se reproduit qu'en Europe.

Ce rapace est un migrateur partiel : une partie seulement de ses effectifs nicheurs se déplace en automne sur des zones d’hivernage et revient au printemps. Ainsi, les Pyrénées sont un lieu de passage des populations nichant au centre et au nord de l'Europe. De fin septembre à début novembre c'est en moyenne 5000 individus en migration qui sont comptabilisés sur les cols basques. Mais les Pyrénées accueillent également une population estimée à 5000 individus qui passera l'hiver dans le piémont. Grégaires, ces hivernants se rassemblent en fin de journée sur des dortoirs nocturnes qui peuvent rassembler jusqu’à 300 individus. La population nicheuse des Pyrénées représenterait 15 à 20% de l’effectif français, la France étant le deuxième pays d’importance pour cette espèce devenue endémique de l’Europe (disparue d’Afrique du nord et du moyen Orient). Le nid est construit dans un arbre. Les couples peuvent élever un à trois jeunes par an, exceptionnellement quatre.

Opportuniste, le Milan royal tire avantage de toutes sources de nourriture localement disponibles : cadavres, micro mammifères (campagnols), vers de terre, détritus, etc. Il a besoin de milieux ouverts et de bocages, associant prairies naturelles et bosquets.