Quelques conseils avant de partir.

Ne partez pas seul.

La randonnée est accessible à tous et pour cause : il suffit de marcher.
Si certains la pratiquent tel un véritable sport par le biais de trails ou de treks, beaucoup la considèrent comme un agréable loisir, une manière d’admirer la nature qui nous entoure.
Cette discipline est à l’été ce que le ski est à l’hiver, solution idéale pour profiter de la diversité des montagnes françaises.
Loin de l’activité urbaine, la randonnée offre la possibilité de se ressourcer loin de son quotidien.
Une invitation au bien-être qui se partage aisément en famille ou entre amis autour d’un pique-nique convivial, perché au-dessus d’une belle vallée.
 

L’indispensable minimum

Certes, rien ne paraît plus simple que la randonnée et pourtant. Si l’équipement se veut léger pour ne pas gêner le marcheur, il ne doit pas pour autant être inexistant.
Pièce maîtresse de l’équipement du randonneur : les chaussures. Celles-ci doivent maintenir le pied fermement et adoucir l’amorti.
Adaptez la semelle au type de randonnée que vous comptez entreprendre. Un trek nécessite des chaussures crantées tandis que le confort doit être la priorité pour une balade avec peu de difficultés.
Côté sac-à-dos, nul besoin de le remplir à ras-bord. Prenez le strict nécessaire, à savoir une bouteille d’eau, de la crème solaire, des lunettes de soleil, un chapeau, un encas, du désinfectant, du sparadrap, un imperméable, un couteau suisse, une carte et une boussole.
Si vous décidez de prendre des bâtons, munissez vous en de deux pour répartir équitablement votre poids sur ceux-ci et éviter des douleurs au dos ou dans les articulations.
Si vous marchez avec des enfants, modérez votre allure, n’hésitez pas à jouer avec l’enfant (chansons, devinettes,…) et surtout, impliquez le dans la randonnée. Faîtes lui porter un sac à dos avec son goûter dedans pour qu’il se sente intégré dans le projet.

Hiver

Ne partez pas seul.

Équipez-vous d’un appareil de recherche de victimes d’avalanche (DVA) et apprenez à vous en servir.

Cet appareil n’est pas un gri-gri portebonheur mais il permet d’être retrouvé plus vite en cas d’ensevelissement sous une avalanche.
Attention, l’utilité d’un DVA est considérablement réduite si l’on ne possède pas également une pelle et une sonde.

Informez-vous. La consultation des BRA et des bulletins « météo montagne » doit devenir un réflexe pour les pratiquants de la montagne. Elle ne dispense pas de s'informer localement auprès des services des pistes des stations ou des professionnels de la neige et des secours.

Adaptez votre sortie au niveau technique et physique des membres du groupe.
Signalez votre itinéraire et l’heure approximative de votre retour.

Soyez autonome le temps change vite, et les conditions météorologiques peuvent devenir rapidement hostiles (brouillard, tourmente de neige).
Prévoyez des vêtements chauds, une couverturede survie, des vivres de course et des boissons.

Étangs gelés, gare au danger

Pour s’aventurer sur un lac ou un étang gelé, il faut compter au moins dix centimètres de glace pour une personne et plus de vingt centimètres pour plusieurs personnes. Mais il n’est pas facile de jauger l’épaisseur de glace.

Car celle-ci, bien souvent, n’est pas homogène. Des températures différentes ou des mouvements d’eau peuvent modifier la consistance.

Plus la glace est bleue, plus elle est résistante; plus elle est grise, plus elle est fragile. La proximité de roches ou de ponts sont des éléments de chaleur qui favorisent la fragilité de la glace. Gare aussi aux vibrations : des fissures provoquées par des mouvements humains peuvent briser la glace. En un mot, la prudence s’impose car, chaque année, des téméraires y perdent la vie.



 

 

 

FICHE-CONSEILS
LONGUE RANDONNÉE D’HIVER EN SKIS OU EN RAQUETTES

 

 

 

 

LES GUIDES PRATIQUES METEO FRANCE

GUIDES AVALANCHES

 

 

 

 

La prévision du risque d'avalanche

 

 

 

La neige et ses transformations